Voir la nuit, rien que ça. C’est l’expérience à laquelle s’est prêté Gabriel Licina, un body hacker* biochimiste du groupe Sciences for The Masses (1,2). Il a accepté d’être le cobaye de cette expérience aussi folle que surprenante.

Il a décidé de se faire injecter un sérum chimique nommé « Ce6 » capable d’hypersensibiliser ses capteurs visuels pendant environ deux heures, lui permettant ainsi de voir dans l’obscurité. De cette manière, il a su reconnaître des personnes situées à 50 mètres de lui, en pleine forêt et en pleine nuit avec 100% de réussite. Ce même test, réalisé avec des témoins n’ayant pas reçu le traitement ne donne que 33% de réussite (2).

Pratique, me direz-vous…Mais pas très discret. En effet, l’injection du produit induit le noircissement quasi-total de rétine. Et, en plus du changement radical de couleur, les yeux hypersensibilisés de ce courageux volontaire l’ont obligé à porter des lunettes noires en dehors des temps de tests afin de limiter les risques de brûlures oculaires. Le lendemain, les effets du sérum ont totalement disparu et les yeux de Gabriel Licina ont repris leur couleur naturelle (3).
Capture d’écran 2015-04-29 à 15.20.13

Revenons quelques instants sur ce fameux sérum « Ce6 ». La molécule active du produit est la Chlorine E6 (Fig. 1), analogue de la chlorophylle (2).

Elle est naturellement présente dans les yeux de certains poissons vivant en eaux profondes où la lumière ne parvient pas. Elle est aussi utilisée pour soigner la cécité nocturne (1) et permet le traitement de certains cancers depuis les années 1960 (2,4) via ses propriétés photosensibilisatrices. Ce sont ces mêmes propriétés qui ont été utilisées pour rendre le bodyhacker nyctalope l’espace de quelques heures. Un brevet déposé en 2012 suggérait d’utiliser un mélange de Chlorine E6 et d’insuline dans une solution saline. Les body hackeurs ont choisi de rajouter du DMSO afin d’augmenter la perméabilité de la membrane cellulaire, permettant ainsi une meilleure pénétration de la Chlorin E6 dans l’œil (2).

Comme vous vous en doutez, augmenter la perméabilité de la surface oculaire permet non seulement à la Chlorine E6 de mieux pénétrer dans l’œil, mais le permet aussi à toutes les autres substances éventuellement présentes.  Le dosage des produits chimiques dans le sérum et leur utilisation ont donc été réalisés avec les plus grandes précautions.

Mais quels sont les dangers à long terme ? Telle est la question. Pour l’instant, après 20 jours, aucun effet indésirable n’a été noté (2). Nous sommes d’accord, 20 jours ce n’est pas vraiment ce que l’on pourrait appeler du « long terme ». Sciences For The Masses prévient tout de même, mais sans plus de précisions, que l’utilisation de ce sérum pourrait endommager l’œil.

Les chercheurs annoncent eux-mêmes dans leur rapport que cette première expérience et ces résultats sont qualitatifs et que de plus amples recherches sont à mener afin de quantifier les effets de ce sérum et ses éventuels effets indésirables.

Cette technologie pourrait par exemple être utilisée afin d’améliorer les capacités des secours et des militaires lors d’opérations nocturnes. En attendant, pour ceux, qui comme moi sont un peu réticent à l’idée de se faire injecter du DMSO dans les yeux, une bonne vieille lampe frontale devrait faire l’affaire !!

* Petit Rappel : Les body hackers sont ces personnes qui cherchent à améliorer les capacités du corps humain par la technologie5.

Sources

1 – E. Lambert, Des gouttes ans les yeux pour voir la nuit, L’Express, 2015.

2 – G. Licina, J. Tibbetts, A Review on Night Enhancement Eyedrops Using Chlorin e6, Sciences For The Masses, 2015.

3 – E. Sender, Un body hacker s’implante un détecteur gros comme un iPhone, Sciences et Avenir, 2013.

4 – M. Fauliot-Marjany, Des gouttes dans les yeux pour voir dans le noir : une première expérience réussie aux Etats-Unis, ITele Sciences, 2015.

5 – K. Loria, 6 Strange Body Hacks That Are Actually Useful, Business Insider, 2014.

Crédits photos : « Vision nocturne » via Flickr.